Vivre une vie heureuse avec un partenaire

Les couples qui restent ensemble depuis longtemps ont déjà compris que parfois les relations intimes exigent de la patience et de la tolérance. Parfois on supprime ses désirs pour les caprices de son partenaire en s’adaptant aux normes sociales. Mais l’expert en relations familiales Katerina Kostoula affirme qu’une femme ne doit pas suivre aveuglément les règles sociales, c’est pourquoi elle raconte l’histoire de trois « mauvaises » habitudes qui sont vraiment utiles pour les relations.

Cohabiter avec une personne étrangère

Vivre une vie heureuse avec un partenaire n’est pas une tâche facile. On doit cohabiter avec une personne complétement étrangère et dont le moral est différente parce que l’individu est un résultat de l’influence de l’environnement, de l’expérience des parents et des médias. Cependant, les relations forment une nouvelle zone de l’activité seulement de deux personnes qui sont libres de briser les tabous et les règles si les deux le désirent. D’habitude on enseigne dès l’enfance que les partenaires doivent faire tout ensemble et aider l’un l’autre. Il est temps de casser ces stéréotypes.

Les relations sans conflits ne sont ni durables ni sincères

Si vous gardez vos sentiments sans en discuter il n’y a aucune chance de changer la situation en cours si elle ne vous plaît pas. Il est à noter que les querelles ont un effet thérapeutique et elles suppriment l’ambiance défavorable qui parfois arrive dans la famille. C’est un bon moyen de s’exprimer, d’apprendre et de comprendre mieux son partenaire. Quand on supprime de la colère sans en parler, on forme une sorte de barrière qui empêche le progrès des relations et réduit l’immunité.

Mais les querelles ne doivent pas devenir la norme de la vie, un des éléments obligatoires. Il est important d’apprendre à le faire d’une manière civilisée. On conseille de choisir les discussions sur un ton amical qui ne blesse pas les sentiments de l’autre.

Parfois il est utile de faire ce qu’on désire

On désire continuer à faire ce qui est peu intéressant à un partenaire : de la peinture, de la musique, du tennis. On aime passer quelques heures en solitude. On a envie de sortir avec les collègues. Ces désirs sont hors de la norme sociale traditionnelle. Mais c’est normal. L’égoïsme modéré, qu’on appelle le plus souvent l’auto-amour, aide à renforcer les relations parce que le soin de ses propres intérêts, l’indépendance et la séparation pour un certain temps contribuent à maintenir la flamme de l’amour tandis que la stabilité et la proximité constante détruisent la passion : à vrai dire elles ne sont pertinentes qu’au début des relations.

Ne venez pas toujours au secours

Quand l’homme revient à la maison fatigué et stressé et il se plaint de la journée chargée, d’habitude la femme tâche de l’aider en lui donnant des conseils pour améliorer la situation. Les psychologues recommandent de l’écouter, de le comprendre, sans commenter la situation car dans la plupart des cas les hommes ne cherchent pas les conseils mais ils cherchent les moyens de s’exprimer, une personne à partager son expérience, ses idées.

Si vous cherchez des relations d’égalité, il est préférable d’éviter le rôle d’un assistant, en particulier si cela concerne l’activité professionnelle du partenaire. Cependant il y a des zones réservées exclusivement à la femme où son aide est toujours en demande et même nécessaire, par exemple, les tâches ménagères et l’éducation des enfants, le dîner romantique à deux et l’ambiance dans la chambre. Pour diversifier les relations intimes dans la chambre on propose aux femmes d’acheter du Lovégra. On peut acheter du Lovégra en France en ligne. Notre site propose d’acheter du Lovégra sans ordonnance et à un très bon prix.